Les blocs nerveux pour la douleur initiale …

Les blocs nerveux pour la douleur initiale ...

Les blocs nerveux pour la gestion de la douleur initiale de fractures du fémur chez les enfants

Auteurs

Karen JL Noir,

auteur correspondant

  1. Université de la Colombie-Britannique, Division de médecine d’urgence, département de pédiatrie, Vancouver, BC, Canada
  • Karen JL Noir, Division de médecine d’urgence, Département de pédiatrie, Université de la Colombie-Britannique, Hôpital pour enfants de C.-B., 4480 Oak St, Vancouver, BC, V6H 3N1, Canada. kjlblack@gmail.com. karen.black@cw.bc.ca.

    Catherine A Bevan,

    1. Hôpital Royal Alexandra Enfants, Service des urgences du Childrens, Brighton, Sussex, Royaume-Uni
    2. Rechercher plus de documents de cet auteur

      Nancy G Murphy,

      Jason J Howard

      Abstrait

      Contexte

      Les enfants et les adolescents atteints de fractures fémorales sont presque toujours admis à l’hôpital. Ils commencent invariablement leur expérience de l’hôpital dans le service d’urgence, nécessitant souvent le transfert à l’hôpital un spécialiste des enfants. Ils ont besoin d’une analgésie ou d’une anesthésie de telle sorte que des radiographies peuvent être obtenues et pour la gestion des fractures. Le processus de traitement initial implique de deux à six transferts de civière civière / imagerie / table d’opération de bains ou lit d’hôpital dans les premières heures, donc soulagement de la douleur rapide est essentielle. analgésie systémique peut être fournie par voie orale ou parentérale. Alternativement, un bloc de nerf peut être utilisé lorsque l’anesthésique local est injecté autour d’un nerf pour bloquer la sensation ou geler la zone concernée.

      Objectifs

      Pour évaluer les effets (avantages et les inconvénients) du bloc fémoral de nerf (FNB) ou le bloc du compartiment fascia iliaque (de FICB) pour la gestion de la douleur initiale des enfants avec des fractures du fémur (os de la cuisse) dans la pré-hôpital ou à l’hôpital de réglage d’urgence avec ou sans analgésique systémique.

      méthodes de recherche

      Nous avons cherché la Cochrane Bone, articulaires et musculaires Trauma Group registre spécialisé (11 Janvier 2013), le registre central Cochrane des essais contrôlés (2012 Numéro 12), MEDLINE (1946 à Janvier Semaine 1 2013), EMBASE (1980-2013 Semaine 01) , Google Scholar (31 janvier 2013) et des registres d’essais (31 janvier 2013). Nous numéros récents de recherche manuelle des revues spécialisées et des références des articles pertinents.

      Les critères de sélection

      Essais randomisés et contrôlés quasi-randomisés évaluant les effets de la FNB ou FICB pour la gestion initiale de la douleur par rapport aux opiacés systémiques chez les enfants (âgés de moins de 18 ans) avec des fractures du fémur réception pré-hospitaliers ou à l’hôpital des soins d’urgence. Les principaux résultats incluaient l’échec de l’analgésie à 30 minutes, les niveaux de la douleur au cours des procédures et des transferts (par exemple à une civière ou salle d’hôpital) pour un maximum de huit heures, et les effets indésirables.

      la collecte et l’analyse des données

      Deux auteurs ont extrait indépendamment les données en utilisant un formulaire pré-piloté. Deux auteurs ont évalué indépendamment le risque de biais pour l’étude inclus et évalué la qualité de la preuve pour chaque résultat en utilisant l’approche GRADE; à-dire que très faible, faible, modéré ou élevé. La méta-analyse des résultats n’a pas été possible car nous avons trouvé un seul essai qui pourrait être inclus dans l’étude.

      Principaux résultats

      Nous avons inclus un essai randomisé de 55 enfants âgés de 16 mois à 15 ans. Il a comparé anatomiquement guidé FICB contre l’analgésie systémique avec du sulfate de morphine par voie intraveineuse. La petite taille de l’échantillon et le risque élevé de biais liés au manque d’aveuglement conduit à une faible cote de qualité pour tous les résultats.

      Dans l’ensemble, l’essai a fourni des preuves de faible qualité pour une meilleure gestion de la douleur dans le groupe FICB. Moins d’enfants dans le groupe FICB avaient une insuffisance analgésie à 30 minutes que dans le groupe de la morphine (2/26 (8%) par rapport à 8/28 (29%); le risque rapport (RR) de 0,33, intervalle de confiance à 95% (IC) 0,09 à 1,20; P valeur 0,09). Le procès n’a pas signalé sur la douleur au cours des procédures ou des transferts, ou l’application de l’analgésie. Le procès a fourni des preuves de faible qualité que FICB a un profil de sécurité mieux que la morphine, avec seulement quatre (15%) des rapports de la rougeur et la douleur au site d’injection, et aucun rapport du type d’effets indésirables de l’analgésie systématique qui se sont produits dans la morphine groupe, comme la dépression respiratoire (six cas (21%)) et des vomissements (quatre cas (14%)). Aucun événement indésirable à long terme ont été signalés soit pour intervention. Cliniquement soulagement significatif de la douleur a été atteint dans les deux groupes à cinq minutes; avec des preuves limitées d’un plus grand soulagement de la douleur initiale dans le groupe FICB. Sur la base d’une inspection des données graphiquement présentés, au moins 46% (12/26) des enfants du groupe FICB avait pas de médicaments supplémentaires (principalement de l’analgésie) pour les six heures de l’étude, alors que seulement 5% (1 ou 2 / 28) des enfants du groupe de la morphine par voie intraveineuse est allé sans analgésie supplémentaire. Il n’y avait pas suffisamment de preuves pour déterminer si l’enfant ou la satisfaction des parents avec la méthode de l’analgésie favorisé ou l’autre méthode. L’utilisation des ressources n’a pas été mesurée.

      Conclusions des auteurs

      preuves de faible qualité d’un petit essai suggère que FICB offre une meilleure et plus durable soulagement de la douleur avec moins d’effets indésirables que les opiacés par voie intraveineuse pour fractures du fémur chez les enfants. Bien menée et rapporté des essais randomisés qui comparent les blocs nerveux (deux FNB et FICB) avec l’analgésie systémique et que l’utilisation validée scores de douleur sont nécessaires.

      Résommeé scientifique

      Les blocs nerveux Pour la prise en charges de la douleur initiale des fractures Du fémur chez les enfants

      Contexte

      Les enfants et les adolescents de fractures Souffrant Du fémuriaticum are GESPUB Presque Toujours à l’hôpital. Invariablement, ILS Commencent Toujours their expérience de l’hôpital services aux d’urgences, Puis are transf Souventérés Vers un hôpital spécialisé en péPédiatrie. analg Uneésie ous juin anesthésie is administrée verser éffectuer des radiographiques rachidiennes et versez Prendre en charges fractures their. Le Processus de soins initial implique de deux à six transferts de CIVIèré à civière / à l’imagerie / à la table d’’opération ous au lit d’hôpital Dans les premières heures, de Sorte Que le rappel de Soulagement de la douleur is essentiel. L’analgésie SYSTéMique may être administrée par voie orale ous parentérâle. Alternativement, bloc non nerveux may être utilisé anesth lorsqu’unésique injection de is localeé aux de la d’non Nerf verser la sensation bloquer la zone ous congeler préoccupationée.

      Objectifs

      Évaluer les Effets (bénéfiques et néFastes) du bloc du nerffémorale (BNF) OÜ du bloc du compartiment ilio-aponévrotique (BCIF) for the prix en accusation initiale de la douleur chez les Enfants Souffrant de fractures Du fémur (os de la cuisse) en milieu préous -hospitalier services aux d’d urgences’non hôpital, ous with sans analgésie SYSTéMique.

      Stratégie de recherche documentaire

      Nous Avons effectué des Recherches in the register spécialisé du groupe Cochrane sur les Traumatismes ostéo-articulaires et Musculaires (11 janvier 2013), le registre Cochrane des essais contrôlés (2012, numéro 12), MEDLINE (de 1946 à la 1ere semaine de janvier 2013), EMBASE (de 1980 à la 1ere semaine de janvier 2013), Google Scholar (31 janvier 2013) et des Registres d’essais (31 janvier 2013). Nous Avons effectué Une recherche manuelle Dans les journaux spécialisés et les réFérences bibliographiques des articles pertinents.

      Critères de sélection

      Essais contrôlés randomiséS et quasi-randomisés évaluant les Effets Du BNF ous du BCIF for the prix en accusation initiale de la douleur par rapport aux OPIACés SYSTémiques chez les enfants (âgés de Moins de 18 ans) Souffrant de fractures Du fémur et des soins Recevant Dans un environnement pré-hospitalier services de ous aux d’urgence de d’non hôpital. Les principaux critères de jugement incluaient l ‘échec de l’analgésie à 30 minutes, les levels de la douleur au cours des procédures et des Transferts (par exemple à civi juinère ous DANS LES couloirs de l’hôpital) jusqu ‘ à huit heures, AINSI Que les Effets indésirables.

      Recueil et analyse des données

      Deux auteurs de la revue Ontario indépendamment les extrait Données à l’aide d’ONU formulaire préétabli. Deux auteurs ind haveépendamment éValué les Risques de biais verser l ‘étitude et incluse éValué la qualité des Preuves verser each critère de jugement en Utilisant l’approche GRADE, c’est-à-dire en Tant que très Faible, faible, modérée ous élevée. La méta-analyse des résultats pas de N’a été possible voiture Nous Avons trouvé Un seul essai Qui Pouvait être inclus dans la revue.

      Résultats principaux

      Nous Avons INCLUS ONU randomis de Essaié de 55 enfants âgés de 16 mois à 15 ans. Il comparait de manière anatomique le BCIF par rapport à l’analgésie SYSTéMique Avec Une intraveineuse de sulfate de morphine. La petite taille d ‘échantillon et le risk élevé de Biais lié à l’absence d’assignation en aveugle un Entraîné Note de juin Faible qualité pour tous les critères de jugement.

      Dans l’ensemble, l’essai d’un des Preuves de Fourni Faible qualité verser le prix de Meilleure juin en accusation de la douleur Dans le groupe du BCIF. Moins d’enfants Dans le groupe du BCIF subissaient juin insuffisance d’analgésie à 30 minutes par rapport au groupe de la morphine (2/26 (8%) par rapport à 8/28 (29%); relatif osée (RR) 0,33, intervalle de confiance (IC) à 95% de 0,09 à 1,20; P = 0,09). L’essai n’à pas rendu Compte de la douleur au cours des procédures, des transferts, ous LORs de l’applications de l’analgésie. L’essai d’un des Preuves de Fourni Faible qualité montrant that the BCIF is s +ûr Que la morphine, with only Quatre (15%) Rapports de rougeur et de douleur au niveau du site d’injection, ET AUCUN rapport des types D’Effets indésirables de l’analgésie SYSTéadministr matiqueée in the groupe de la morphine, tells Que la dépressure respiratoire (six CAS (21%)) et des vomissements (Quatre CAS (14%)). Aucun effet indésouhaitable à à long terme n’une été rapporté, Le CECI pour tous les types d’intervention. Le Soulagement de la douleur cliniquement significative une été Obtenu Dans les Deux Groupes à minutes; Cinq Avec des Preuves limiteénon es d’en plus grande Soulagement de la douleur initiale Dans le groupe BCIF. Basé sur l’inspection Une de Données préenvoyéées graphiquement, at least 46% (12/26) des enfants Dans le groupe du BCIF ne recevaient Aucun médicament supplémentaire (juin analg Principalementésie) pendant les six heures de l ‘étitude, TANDIS Que only 5% (1 ou 2/28) des enfants Dans le groupe de la morphine ne recevaient pas d’analgésie supplémentaire. Il N’y Avait pas suffisamment de Preuves verser dési l terminer’enfant ous les parents, favorisaient la méthode de l’analgésie à Une Autre méthode. L’utilisation des ressources pas de N’a été mesurée.

      Conclusions des auteurs

      Les Preuves de Faible qualité questions d’essai de non petite taille suggèlouer that the BCIF offre non Meilleur Soulagement de la douleur, Qui est, plus durables et engendre Moins D’Effets indésirables, comparé aux opioïdes par voie intraveineuse verser les fractures Du fémur chez l’enfant. Des randomis de Essaisés bien réalisés et documentsés, les comparant blocs nerveux (BF et BCIF) avec l’analgésie SYSTéMique et Utilisant des scores de douleur valideés n areécessaires.

      Plaine résumé en langage

      Les blocs nerveux pour la gestion de la douleur initiale de fractures du fémur chez les enfants

      Fractures (pauses) de l’os de la cuisse peuvent être très douloureuses, en particulier quand un enfant arrive dans un environnement stressant d’urgence et est en cours d’évaluation. Déplacement de l’enfant pour obtenir des rayons X ou de transférer l’enfant à un lit spécial pour soutenir la jambe en traction (en gardant la jambe droite) peut provoquer des douleurs supplémentaires, comme on peut placer la traction (une force de traction) sur la cuisse cassée. Cela signifie que la fourniture rapide de soulagement de la douleur est une partie essentielle de la gestion initiale d’urgence. Cet avis a examiné si un bloc nerveux, impliquant l’injection d’un gel / médicament engourdissant en haut de la cuisse, pourrait apporter un soulagement de la douleur plus efficace que la médecine de la douleur donnée par la bouche ou dans une veine (par voie intraveineuse, par exemple la morphine).

      Nous avons cherché plusieurs bases de données médicales et des registres d’essais jusqu’à Janvier 2013 et contacté des chercheurs. Nous avons trouvé une étude qui portait sur la comparaison que nous étions intéressés. Cette étude a été potentiellement biaisée, principalement parce que les fournisseurs de soins, les parents et les enfants étaient au courant du type de soulagement de la douleur des enfants ont reçu. L’étude était petite, impliquant 55 enfants âgés de 16 mois à 15 ans, et a montré que les enfants qui ont reçu l’un des deux principaux types de bloc nerveux ont tendance à avoir moins de douleur après 30 minutes que ceux qui ont reçu de la morphine par voie intraveineuse pour le contrôle de la douleur initiale. Les blocs nerveux conduit à une certaine douleur et une rougeur au site d’injection, dans quelques cas, alors que la morphine par voie intraveineuse a provoqué des problèmes plus graves tels que dépression respiratoire (manque d’oxygène), une somnolence excessive et des vomissements dans un petit nombre d’enfants.

      De plus, les enfants qui avaient des blocs nerveux a continué à avoir des scores de douleur plus bas sur une période de six heures avec moins besoin de soulagement de la douleur supplémentaire. Il n’y avait pas suffisamment de preuves pour déterminer si les enfants ou les parents étaient plus satisfaits d’une méthode de soulagement de la douleur que l’autre. Utilisation des ressources (par exemple le temps de soins infirmiers, le coût des médicaments) n’a pas été mesurée.

      La qualité de l’étude inclus dans cette étude était faible et donc ces conclusions ne sont pas certains. D’autres études bien conçues enquête si les blocs nerveux sont plus efficaces et plus sûrs que d’autres moyens de soulagement de la douleur sont nécessaires.

      Résommeé simplifié

      Les blocs nerveux Pour la prise en charges de la douleur initiale des fractures des os de la cuisse chez les enfants

      Les fractures (cassures) de l’os de la cuisse PEUVENT être très douloureuses, en Particulier lorsqu’un enfant arrivera au Service d’urgence, Qui est non environnement stressant, verser juin SUBIR éévaluation. rééplacer l’enfant verser éffectuer juin radiographie ous transférer l’enfant Dans un lit spécial verser supporter la jambe Avec Une traction (en Maintenant la jambe droite), may engendrer juin douleur Supplémentaire, de mêmoi qu’installateur la traction (force de traction). Cela signifié qu’non Soulagement rapide de la douleur is for the treatment essentiel d’urgence initiale. This revue un examiné si non bloc nerveux, involving l’injection d’ONU médicament anesthéSiant / congelant à l’extrémité souperérieure de la cuisse, could be Apporter non Soulagement de la douleur, plus Efficace Que les analgéSiques administrés par voie orale ous Dans Une veine (voie intraveineuse, par exemple la morphine).

      Nous Avons effectué des Recherches Dans several bases de données méMédicales et Dans des Registres d’essais Cliniques jusqu ‘ à janvier 2013 et le contact Avonsé des Chercheurs. Nous Avons trouvé juin étitude examin Ayanté la comparaison Dont Nous étions intéressés. this étitude éTait potentiellement Biaisée, Principalement Parce Que les Prestataires de soins, les parents, et les enfants éconscients de taient Du Type de Soulagement de la douleur Que les enfants recevaient. this étitude éTait de petite Taille, portant-sur 55 enfants âgés de 16 mois à 15 ans, et Montrait Que les enfants d’ayant reçu l’ONU des Deux types principaux de bloc nerveux avaient tendance à Ressentir juin douleur intense Moins avrilès 30 minutes Que Ceux Ayant reçu de la morphine intraveineuse versez le contrôle de la douleur initiale. Dans QUELQUES CAS, les blocs nerveux conduit Ontario à CERTAINES Douleurs et à des rougeurs au niveau du site d’injection. TANDIS Que Pour un petit Nombre d’enfants, la morphine intraveineuse Entraînait de plus les tombes problèmes, tells qu’d uneépressure respiratoire (manque d’oxygène), juin somnolence excessive et des vomissements.

      De plus, les enfants qui se recevaient les blocs nerveux continuaient à Avoir des scores de douleur, plus sur Faibles juin période de six heures et nécessitaient Moins de Soulagement supplémentaire de la douleur. Il N’y Avait pas suffisamment de Preuves verser déTERMINER si les enfants ous les parents, étaient, plus SATISFAITS Avec Une méthode de Soulagement de la douleur, plus Qu’une Autre. L’utilisation de ressources (Telles Que Le Temps de Soins infirmiers, Le coût des médicaments) pas de N’a été mesurée.

      La qualité de l ‘étitude incluse Dans this revue éTait Faible, les conclusions ne pas are Fait CERTAINES. d’Autres études bien planifiées, si les blocs examinant are de plus de Efficaces nerveux et plus sûrs Que d’Autres Moyens de Soulagement de la douleur, n areécessaires.

      Note de traduction

      Traduit par: Français 14 Centre Cochrane Janvier 2014
      Traduction financée par: Financeurs verser le Canada. Institut de Recherche en Santé du Canada, Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec, Fonds de recherche du Québec-Santé et Institut national d’excellence en Santé et en Services sociaux; pour la France. Ministère en accusation de la Santé

      Sélectionnez un fichier PDF

      Contexte

      Description de l’état

      fracture du fémur (os de la cuisse cassée) chez les enfants est une blessure rare mais grave (Rockwood 2006). Rewers 2005 a révélé que la majorité (62,5%) de ces fractures se produisent dans la partie longue centrale (ou arbre) du fémur. Deux études menées aux États-Unis ont trouvé une incidence annuelle de fractures de la diaphyse fémorale de 19 pour 100.000 enfants (Hinton, 1999), et une incidence annuelle de toutes les fractures fémorales de 26 pour 100.000 enfants (Rewers 2005). les tout-petits et les adolescents de sexe masculin sont plus à risque de ces blessures, tandis que les femelles ont une incidence plus faible que les hommes pour tous les groupes d’âge (Hinton 1999; Rewers 2005).

      Les enfants et les adolescents atteints de fractures fémorales sont presque toujours admis à l’hôpital pour la gestion de leurs blessures (Chu 2003; Hinton 1999; Rewers 2005). Ils commencent invariablement leur expérience de l’hôpital dans le service d’urgence (ED), nécessitant souvent le transfert à un (spécialiste) hôpital pour enfants tertiaire. la gestion de la douleur est un besoin primaire cruciale de ces enfants. Ils ont besoin d’une analgésie (soulagement de la douleur) ou une anesthésie pour faciliter l’obtention de radiographies, ainsi que pour la gestion définitive de leurs fractures. Le processus de traitement initial implique de deux à six transferts de civière civière / imagerie / table d’opération suite ou lit d’hôpital dans les premières heures de soins (Ronchi, 1989).

      Description de l’intervention

      Options pour l’analgésie (soulagement de la douleur) dans le pré-hospitalier ou les services d’urgence comprennent: i) parentérales) narcotiques systémiques par voie orale ou intraveineuse / intramusculaire ((comme la morphine), ii) les sédatifs parentérales / anesthésiques (comme la kétamine ou propofol), ou iii) des anesthésiques régionaux (comme un bloc fémoral de nerf (FNB) ou le bloc fascia iliaque du compartiment (de FICB) avec bupivacaïne).

      Il y a deux façons possibles de fournir une anesthésie régionale pour les fractures du fémur: FNB et FICB. Ces deux méthodes fournissent une anesthésie à l’axe du fémur, mais diffèrent par la position de l’aiguille, la surface totale de l’anesthésie, le volume de l’anesthésique local nécessaire et le risque d’effets indésirables.

      FNB implique l’infiltration (injection) d’un anesthésique local autour du nerf fémorale, qui se trouve dans un faisceau à côté de l’artère et la veine fémorale dans la partie supérieure de la cuisse. blocs de nerf fémoral sont utilisés tant dans le contexte d’urgence et de pré- ou post-opératoire pour la gestion de la douleur des fractures du fémur chez les personnes de tous âges (Denton, 1988; Johnson, 1994; mutty 2007; Schiferer 2007; Stewart 2007; Tobias 1994). Fémoral bloc du nerf a été décrit d’abord pour la gestion de la douleur des fractures fémorales pédiatriques il y a plusieurs décennies (Grossbard 1979).

      FICB consiste à injecter un plus grand volume d’anesthésique local que nécessaire pour la FNB dans une zone sous le tissu conjonctif (fascia) en haut de la jambe. Cela bloque trois nerfs – fémoral, obturateurs et les nerfs cutanés latéraux de la cuisse – fournissant ainsi une anesthésie complète pour l’ensemble du fémur (DALENS, 1989). La position du site d’injection est telle que les lésions nerveuses et l’injection accidentelle dans les vaisseaux sanguins sont théoriquement évités (Dalens 1989; Foss 2007).

      Chacun de ces procédés peut être effectuée en utilisant des repères anatomiques seul ou en combinaison avec guidage par ultrasons. FNB peut également être réalisée à l’aide d’un stimulateur nerveux pour vérifier que l’aiguille est adjacent au faisceau nerveux dans l’aine. Dans le département d’urgence, il n’y a généralement pas accès à un stimulateur nerveux, mais les machines à ultrasons sont devenus plus disponibles au cours des dernières années.

      Dans cette revue, les deux techniques seront soumises à l’anesthésie fémorales que régionales (RFA), sauf référence à la technique spécifique est nécessaire.

      Comment l’intervention peut travailler

      les messages de douleur sont transmis au cerveau par des impulsions électriques, provenant de terminaisons nerveuses qui passent le long des nerfs par le flux d’ions chargés (par exemple de sodium) à travers des canaux dans les membranes des cellules nerveuses. En substance, les blocs nerveux empêchent la douleur en bloquant le passage des impulsions électriques qui sont poussé par un stimulus douloureux le long d’un nerf au cerveau. Les anesthésiques locaux tels que la bupivacaïne et le travail ropivacaïne à travers le (réversible) inhibition des canaux ioniques sensibles à la tension, tels que le sodium (un ion) ne circule dans le canal, ce qui empêche la génération d’impulsion (Cousins ​​1998; Foster 2000; Simpson, 2005). A des niveaux suffisamment élevés de blocage des canaux d’ions, les informations sensorielles (douleur) ne va pas au système nerveux central (le cerveau).

      Les avantages théoriques de la RFA pour la gestion fémorale de la douleur de la fracture comprennent le temps plus court pour soulager la douleur (McGlone 1987; Ronchi 1989), un meilleur soulagement de la douleur et éviter les complications associées à la systémique (corps entier) analgésiques. Ces complications peuvent inclure la dépression respiratoire, la sédation et la confusion (Bhatt 2009; Pena 1999), qui peut également interférer avec l’évaluation de l’état neurologique du patient.

      Les complications potentielles associées à des blocs nerveux comprennent intravasculaire accidentelle (dans un vaisseau sanguin) injection, avec le potentiel d’effets liés aux médicaments tels que la dépression et la saisie cardiaque et des complications neurologiques. Dans une grande série prospective des anesthésiques régionaux, la FNB a été trouvé pour avoir un faible taux de complications graves (2,9 épisodes de neuropathie périphérique pour 10.000 blocs) sans complications ou de décès (Auroy, 2002) cardio-respiratoire. Une complication potentielle des blocs nerveux est retardé le diagnostic de syndrome du compartiment (Hyder 1996; Olson 2005). Le syndrome du compartiment se produit lorsque le saignement d’une fracture provoque trop de pression sur les muscles et les vaisseaux sanguins dans la région, en coupant l’apport d’oxygène aux muscles et causer des dommages; l’un des symptômes du syndrome du compartiment est la douleur.

      L’efficacité de la FNB est susceptible d’être plus grande pour les enfants avec des fractures à mi-arbre (par rapport au troisième proximal ou distal tiers) parce que le nerf fémoral fournit l’alimentation principale sensorielle pour cette région (Tondare 1982). FICB doit être efficace dans la plupart des fractures du fémur que trois nerfs sont bloqués (Dalens 1989).

      Pourquoi est-il important de faire cet examen

      Une bonne gestion de la douleur est l’un des principaux objectifs des soins de blessures chez les enfants, en particulier avec une blessure grave comme une fracture du fémur. Il existe des variations considérables dans la pratique dans le monde entier dans la gestion de la douleur au début des fractures fémorales. Les deux FNB et FICB sont recommandés dans le cours Advanced Life Support pédiatrique en Australie et en Nouvelle-Zélande (ASLG 2012). Alors que l’anesthésie régionale fémorale est courante dans certains pays (Australie (Chu 2003) et le Royaume-Uni (Pennington 2012)), il est rare dans le contexte d’urgence en Amérique du Nord (Angelski 2010), où l’analgésie par voie intraveineuse est généralement utilisé. Il y a un besoin évident d’un examen systématique des données probantes afin d’informer la pratique clinique dans ce domaine.

      Objectifs

      Pour évaluer les effets (avantages et les inconvénients) du bloc fémoral de nerf (FNB) ou le bloc du compartiment fascia iliaque (de FICB) pour la gestion de la douleur initiale des enfants avec des fractures du fémur (os de la cuisse) dans la pré-hôpital ou à l’hôpital de réglage d’urgence avec ou sans analgésique systémique.

      Méthodes

      Critères pour l’examen des études de commentaire

      Types d’études

      Nous avons inclus des essais contrôlés randomisés et des essais contrôlés quasi-randomisés (où la répartition des participants aux groupes est une méthode qui ne soit pas strictement aléatoire, par exemple la date de naissance, numéro d’enregistrement de l’hôpital, l’alternance) évaluant les effets de la FNB ou FICB pour la douleur initiale la gestion chez les enfants atteints de fractures du fémur.

      Types de participants

      Nous avons inclus les enfants âgés de 18 ans et moins avec une fracture du fémur aiguë recevant pré-hospitaliers ou en soins d’urgence -Hôpital. Le diagnostic peut être clinique avec confirmation radiographique après l’inscription.

      Types d’interventions

      FNB ou FICB par injection: avec ou sans concomitante systémique (orale, intranasale ou parentérale: intramusculaire ou intraveineuse) stupéfiant ou non narcotiques (par exemple, non-stéroïdiens anti-inflammatoires (AINS)) analgésie et / ou d’autres méthodes d’analgésie non médicamenteuses (par exemple le saccharose, l’allaitement, la distraction, l’hypnose et de la traction). La méthode de nerf localisation (comme par guidage échographique, neurostimulation ou repères anatomiques) a été enregistré.

      Nous avons cherché à faire deux comparaisons:

      FNB ou FICB versus placebo (factice) ou pas d’injection, dans laquelle tous les participants ont également reçu une autre méthode de l’analgésie (par exemple les opioïdes systémiques)

      FNB ou FICB contre l’analgésie systémique

      Types de mesures de résultats

      Les résultats primaires

      L’échec de l’analgésie (par exemple incapacité à atteindre un score de douleur de moins de 4 sur 10 sur une échelle visuelle analogique (EVA) ou équivalent dans les 30 minutes de la livraison de l’analgésie). échelles de douleur acceptables pour les enfants comprennent les enfants’s Hospital of Eastern Ontario Échelle Pain (CHEOPS) (McGrath 1985) (note 7 sur 14 utilisé comme cut-off (Suraseranivongse 2001)); Visage, Jambes, Activité, Cry et Consolabilité échelle de douleur (FLACC) (Manworren 2003; Merkel 1997) (Note 4 sur 10 utilisé comme cut-off); FACES (Bieri, 1990) (Note 3 sur 7 utilisé comme cut-off); FPS-R (Hicks 2001) (note 2 sur 5 ou 4 sur 10 utilisé comme cut-off).

      niveau de la douleur au cours des procédures (imagerie par exemple radiographique, la réduction de la fracture, l’application de la traction ou autre immobilisation) et les transferts (de civière civière ou table d’opération ou lit de service) jusqu’à huit heures après l’intervention.

      Les effets indésirables liés aux méthodes suivantes de l’analgésie (jusqu’à 48 heures après l’inscription), y compris:

      injection intravasculaire avec des effets liés aux médicaments tels que la dépression cardiaque, arythmie ou de saisie

      Un retard de diagnostic du syndrome du compartiment

      Blessure au nerf fémoral ou de l’artère

      Besoin de médicaments de secours liés à des complications

      neuropathie / anesthésie périphérique prolongée ou paresthésies (sensation de «épingles et aiguilles»)

      Hématome (collection de sang) au site d’injection

      Infection au site d’injection

      D’autres complications imprévues

      Nécessité d’une intervention supplémentaire cardio-respiratoire

      Un retard de diagnostic de détérioration neurologique membre atteint (à savoir la perte de la sensation ou la paralysie motrice dans la jambe en dessous du niveau de la blessure, syndrome du compartiment)

      Infection à intraveineuse (IV) Site / phlébite (inflammation des vaisseaux sanguins)

      D’autres complications imprévues

      Les résultats secondaires

      Temps de soulagement de la douleur en quelques minutes (basé sur une réduction cliniquement significative du score de douleur, par exemple la réduction du score VAS de plus de 13 mm (sur une échelle de 100 mm))

      Durée du contrôle de la douleur (évaluée jusqu’à huit heures après la présentation à l’établissement de santé)

      Nécessité d’un contrôle supplémentaire de la douleur (analgésie systémique ou injection répétée pour bloc nerveux) avant immobilisation, ou jusqu’à huit heures après l’intervention

      La douleur, l’inconfort et la détresse lors de l’application de l’analgésie (insertion par voie intraveineuse, l’injection intramusculaire, intranasale pulvérisation, injection de bloc nerveux)

      Patient et / ou la satisfaction des parents

      L’utilisation des ressources (temps en situation d’urgence, les coûts associés à l’analgésie)

      Les méthodes de recherche pour l’identification des études

      Des recherches électroniques

      Nous avons cherché la Cochrane Bone, articulaires et musculaires Trauma Group registre spécialisé (11 Janvier 2013), le registre central Cochrane des essais contrôlés (2012 Numéro 12), MEDLINE (1946 à Janvier Semaine 1 2013), EMBASE (1980-2013 Semaine 01) et Google Scholar (Février semaine 1 2013). Nous avons cherché des registres d’essais cliniques via clinicaltrials.gov et international OMS de la plate-forme d’enregistrement des essais cliniques de l’Organisation mondiale de la santé (ICTRP) d’identifier les essais en cours et récemment achevés (31 janvier 2013). Toutes les langues ont été inclus.

      Dans MEDLINE (Ovid en ligne), la recherche spécifique au sujet a été combiné avec la version de sensibilité maximisation de la très sensible Stratégie de recherche Cochrane pour identifier les essais randomisés (Lefebvre 2011). Les stratégies de recherche pour The Cochrane Library, MEDLINE, EMBASE, Google Scholar, clinicaltrials.gov et ICTRP OMS peuvent être trouvées dans l’annexe 1.

      Recherche d’autres ressources

      Nous potentiels revues recherche manuelle à haut rendement pour identifier les rapports admissibles des essais dans la dernière année (Janvier 2012 à Janvier 2013), y compris la médecine d’urgence (Academic Emergency Medicine. Annals of Emergency Medicine. Canadian Journal of Emergency Medicine et Soins d’urgence pédiatrique ), Orthopédique (Journal of Pediatric Orthopaedics. Journal of Orthopaedics pour enfants. Journal of Bone and Joint Surgery (Américain et britannique), Journal of Orthopaedic Trauma ) Et des revues d’anesthésie (Anesthésie et analgésie. Anesthésiologie. Canadian Journal of Anesthesia. Journal of Clinical Anesthesia. Pediatric Anesthesia ). En outre, nous avons cherché des listes d’articles de référence et contacté les auteurs des articles pertinents en ce qui concerne les travaux encore publiés ou non.

      la collecte et l’analyse des données

      La méthodologie destinée à la collecte et l’analyse des données a été décrite dans notre protocole publié (Black 2012), qui a été basé sur la Cochrane Handbook of Systematic Reviews des interventions (Higgins 2011).

      Sélection d’études

      Une fois les doublons de différents résultats de la recherche ont été enlevés, deux auteurs de la revue (Ko et NM) projetés indépendamment toutes les citations identifiées par les recherches pour identifier les études potentiellement éligibles. rapports en texte intégral ont été obtenus pour les études potentiellement admissibles, avant que des études ont été sélectionnées de façon indépendante par les deux mêmes auteurs. Les désaccords ont été résolus par la discussion et la participation d’un troisième auteur si nécessaire. Le cas échéant, nous avons tenté de contacter les auteurs de l’essai de clarification des méthodes d’étude et les caractéristiques pour établir si oui ou non un procès était admissible.

      l’extraction et la gestion des données

      Deux auteurs (KB et JH) extraites indépendamment des informations sur les caractéristiques de l’étude et les résultats en utilisant un formulaire pré-piloté. les détails et les données manquantes ou peu claires essais ont été notées sur le formulaire d’extraction de données. Les désaccords ont été résolus par la discussion entre les deux auteurs et, le cas échéant, par la consultation avec des membres supplémentaires.

      L’évaluation du risque de biais dans les études incluses

      Deux auteurs de revues (KB et CB) ont examiné les études incluses pour le risque de partialité dans sept domaines spécifiques: génération de séquence, dissimulation de la répartition, l’aveuglement des participants et du personnel, aveuglante des évaluateurs des résultats, des données sur les résultats incomplets, résultat sélectif de rapports et les «autres questions» (y compris l’administration inappropriée d’une intervention ou co-intervention), comme indiqué à la section 8.5 de la Manuel Cochrane Systematic Reviews des interventions (Higgins 2011). Un consensus a été atteint par la discussion pour toutes les différences de risque de jugements de polarisation entre les auteurs de revues. Évaluation de la qualité a suivi l’approche GRADE avec quatre niveaux de qualité: très faible, faible, modéré et élevé (GRADE 2004).

      Mesures de l’effet du traitement

      Les rapports de risque avec des intervalles de confiance à 95% ont été calculés pour les résultats dichotomiques. Les différences moyennes avec des intervalles de confiance à 95% ont été calculés pour les résultats continus. Le cas échéant, à l’avenir, nous prévoyons de calculer les différences normalisées moyennes (SMD) et les intervalles de confiance à 95% lorsque l’on combine les résultats des études qui utilisent des échelles de mesure différentes pour le même résultat.

      Unité des questions d’analyse

      L’unité d’analyse dans le procès inclus était le patient individuel. Dans les mises à jour futures, nous pouvons avoir unité de questions d’analyse relatives aux observations multiples du même résultat, en particulier, la douleur (Dexter, 1995). Nous prévoyons d’extraire des données à des moments cliniquement pertinents et d’effectuer des analyses distinctes pour ces (Philip 1990).

      Traitement des données manquantes

      Nous avons approché l’auteur correspondant de celui fourni procès pour les informations manquantes et des données, mais n’a reçu aucune réponse. Nous moyens propres et les écarts types de données présentées dans les graphiques de celui-ci inclus l’étude. Lorsque cela est possible et approprié, nous avons effectué des analyses en intention de traiter d’inclure toutes les personnes randomisés dans les groupes d’intervention. Dans les mises à jour futures, nous serons attentifs aux erreurs d’étiquetage ou potentiel non-identification des erreurs standard et les écarts-types. Sauf manquant écarts types peut être dérivée de confiance des données d’intervalle, nous ne serons pas prendre des valeurs dans le but de présenter les résultats dans les analyses.

      Évaluation de l’hétérogénéité

      Si la méta-analyse possible dans les mises à jour futures de cet examen, nous prévoyons d’utiliser le Chi² essai et je² test visant à évaluer l’hétérogénéité statistique (Higgins, 2003), en collaboration avec l’inspection visuelle de la parcelle forestière.

      Évaluation des biais de déclaration

      Pas de parcelles d’entonnoir ont été générés parce que nos recherches n’a trouvé qu’un seul essai admissible. Dans les mises à jour futures, s’il y a un nombre suffisant d’essais inclus (10 ou plus), nous générons des parcelles d’entonnoir de la taille de l’effet du traitement contre la précision de l’essai (1 / erreur standard) pour évaluer biais de publication. Si asymétrie existe, la méthode ‘assiette et remplir »décrite par Sutton 2000 sera utilisé pour calculer un intervalle de confiance global ajusté. Comme il y a aussi d’autres raisons pour un graphique en entonnoir asymétrique, nous cherchons des preuves de mauvaise qualité méthodologique des études médiocres, l’hétérogénéité réelle ou le hasard comme des causes possibles (Egger 1997).

      Synthèse des données

      Dans les mises à jour futures, lorsque cela est possible et jugé approprié, les résultats des groupes comparables d’essais seront mis en commun à l’aide à la fois à effet fixe et modèles à effets aléatoires. Le choix du modèle à signaler sera guidé par un examen attentif de la mesure de l’hétérogénéité et si elle peut être expliquée, en plus d’autres facteurs tels que le nombre et la taille des études qui sont inclus. Quatre-vingt-cinq pour les intervalles de confiance de cent seront utilisés tout au long. Nous considérerons pas la mise en commun des données où il y a une hétérogénéité considérable (I² supérieure à 75%) qui ne peut être expliqué par la diversité des caractéristiques méthodologiques ou cliniques entre les essais. Où il est inapproprié ou impossible de mettre en commun les données, nous allons encore des données d’essais présents dans les analyses ou tableaux à des fins d’illustration et signaler dans le texte.

      analyse de sous-groupe et l’enquête de l’hétérogénéité

      Les analyses des sous-groupes n’a été effectuée, car il n’y avait qu’une seule étude inclus dans l’examen. Toutefois, dans les mises à jour futures, nous pouvons utiliser sous-groupe des analyses pour explorer les sources potentielles d’hétérogénéité. Variables nous allons prendre en compte pour l’analyse de sous-groupe comprennent:

      Les analyses de sous-groupe lié au participant

      Groupes d’âge (0 à 3 ans, de 4 à 12 ans et 13 à 18 ans)

      Mi-arbre fracture par rapport à une fracture non-mid-arbre

      fracture de haute énergie (fracture par exemple comminutive d’une collision de véhicule à moteur) par rapport à une fracture à basse énergie (par exemple à partir d’une simple chute)

      Des analyses de sous-groupes liés à l’intervention,

      Guidée par échographie contre nerf stimulation guidée par rapport à bloc historique guidée

      Courte durée d’action par rapport à longue durée d’action anesthésique

      nerf fémoral par rapport fascia bloc compartiment iliaque

      Nous examinons si les résultats des sous-groupes sont significativement différentes en inspectant le chevauchement des intervalles de confiance, et d’effectuer le test des différences de sous-groupes disponibles dans le logiciel Review Manager (RevMan 2011).

      Analyse de sensibilité

      L’analyse de sensibilité n’a pas été effectuée. Dans les mises à jour futures, nous pouvons procéder à des analyses de sensibilité examinant les différents aspects de l’épreuve et de la méthodologie d’évaluation, y compris les effets des données manquantes, l’inclusion des essais à risque élevé de biais (en particulier de l’absence de dissimulation d’allocation ou de l’absence d’évaluateur aveugle), ceux qui utilisent la traction en tant que co-intervention et de l’inclusion des essais que rapporté dans les résumés. Nous examinerons notamment les études avec et sans médicaments de comparaison narcotiques; avec différents temps seuils pour le résultat principal (10 minutes) et avec un score de douleur coupure différente (moins de 3 ou équivalent). Nous allons examiner la robustesse des résultats à effets fixes en vérifiant ces utilisant le modèle à effets aléatoires.

      «Résumé des conclusions de tables

      Nous avons utilisé l’approche GRADE pour évaluer la qualité des éléments de preuve relatifs à chacun des principaux résultats énumérés dans les types de mesures de résultats (section 12.2, Higgins 2011). Dans les mises à jour futures, si les données sont suffisantes, les résultats pour les deux principales comparaisons décrites dans les types d’interventions seront résumés dans «Résumé des conclusions de tables.

      Résultats

      Description des études

      Résultats de la recherche

      La recherche a été achevée en Janvier 2013. Nous avons examiné un total de 217 enregistrements à partir des bases de données suivantes (le nombre d’enregistrements de chaque figure entre parenthèses): Cochrane osseuses, articulaires et musculaires Trauma Groupe spécialisé enregistrer (3 fiches), Cochrane Central enregistrer essais de contrôlées (50), MEDLINE (12), EMBASE (8), clinicaltrials.gov (26), des essais cliniques de l’OMS d’enregistrement international (24), et Google Scholar (94). Nous avons également identifié trois études potentiellement éligibles provenant d’autres sources (deux de comptes rendus de conférences et un dans la liste de référence d’une étude identifiée dans notre recherche).

      La recherche a identifié un total de 14 articles et une étude en cours pour l’inclusion potentielle, pour lesquels (si possible) des rapports complets ont été obtenus. Lors de la sélection de l’étude, une étude a été incluse (Wathen 2007); 13 articles ont été exclus (Chu 2003; Gille 2006; Haddad 1995; Herrera 2004; Levine 2003; Minville 2006; Murgue 2006; mutty 2007; Neubrand 2012; Reid 2009; Sia 2004; Stewart 2007; Triner 2005), et l’étude en cours était également exclus (Gordon 2011). Voir la figure 1 pour plus d’informations.

      Figure 1.

      ordinogramme d’études

      Les études incluses

      La seule étude a comparé inclus FICB anatomiquement guidée avec l’analgésie systémique en utilisant du sulfate de morphine dans 55 participants à un essai contrôlé randomisé, sans insu (Wathen 2007). Ce fut une étude monocentrique à l’hôpital du département d’urgence de soins tertiaires des enfants aux Etats-Unis. Les emplacements de la fracture du fémur pour le groupe FICB étaient: proximales tiers sept participants (27%), moyen tiers 15 participants (58%) et distales tiers quatre participants (15%); ceux du groupe de la morphine étaient les suivants: proximales sept participants (24%), moyen 19 participants (66%) et distale trois participants (10%); L’âge médian était de 5,2 ans et 5,8 ans avec 21 (81%) et 23 (79%) des mâles pour les groupes FICB et de morphine, respectivement. L’anesthésique choisi pour le bloc du nerf était ropivacaïne 5 mg / ml (0,5%) à une dose de 0,75 ml (3,75 mg) / kg pour les enfants jusqu’à 20 kg et 0,5 ml (2,5 mg) / kg pour les enfants de plus de 20 kg jusqu’à un maximum de 30 ml (150 mg). Le critère principal était la douleur évaluée à 30 minutes après la ligne de base en utilisant des scores validés (y compris CHEOPS (McGrath 1985), FLACC (Manworren 2003; Merkel 1997), et FACES scores de douleur (Bieri 1990)). Des doses supplémentaires d’analgésiques ont été donnés au besoin. Les scores de douleur ont été mesurées à des intervalles de 5, 10, 15, 30, 60 minutes, puis toutes les heures jusqu’à six heures. Les événements indésirables ont été enregistrés pour les 12 heures suivant l’inscription, ainsi que lors des visites de suivi pendant un an.

      Nous avons échoué dans nos tentatives pour contacter l’auteur principal pour Wathen 2007 pour obtenir des données et des détails sur les méthodes d’étude au niveau des patients supplémentaires.

      études exclues

      Un total de 14 études ont été exclus pour les raisons indiquées dans les caractéristiques des études exclues. Parmi ceux-ci, deux étaient dans le département ECR d’urgence qui comprenait des enfants, mais n’a pas abordé la comparaison des intérêts (Reid 2009; Stewart, 2007); l’une était une étude en cours qui a examiné la douleur post-opératoire (Gordon 2011); l’un était un rapport de cas (Minville 2006); l’une était une étude observationnelle (Chu, 2003); et un était une comparaison rétrospective (Neubrand 2012). Quatre études ont été ECR impliquant adultes seulement (Haddad, 1995; Levine, 2003; mutty 2007; Triner, 2005); deux études ont eu une première question qui n’a pas été pertinente (Herrera 2004; Murgue 2006); et deux études étaient des adultes dans un cadre de service non urgents (Gille 2006; Sia 2004).

      Risque de biais dans les études incluses

      La figure 2 présente un résumé des jugements pour les domaines individuels.

      Figure 2.

      Risque de synthèse de polarisation: arrêts de révision auteurs sur chaque risque de partialité article pour chaque étude inclus

      Allocation

      Wathen 2007 randomisé en utilisant une table de nombres aléatoires générés par ordinateur dans des blocs de trois parmi deux groupes d’âge (15 mois à 5 ans et de 5 à 18 ans). Bien qu’il y ait un faible risque de biais de génération de séquence, il n’y avait aucune mention des méthodes employées pour dissimuler l’allocation, et donc le risque de biais de sélection a été jugée peu claire.

      Aveuglant

      Risque de partialité a été considéré comme élevé pour Wathen 2007, car aucun aveuglement a été réalisée. L’étude n’a pas tenté d’utiliser des injections fictives qui auraient permis l’évaluation des résultats en aveugle. Wathen 2007 utilisé les scores de douleur pour évaluer l’efficacité des interventions et de guider la nécessité d’une analgésie supplémentaire. échelles validées visuels (non verbales) de la douleur ont été utilisés dans tous les âges, avec deux échelles utilisées par groupe d’âge. Cependant, les évaluateurs de résultats ne sont pas aveuglés à des scores de douleur précédentes. Certains membres de l’équipe de soins de santé nécessaires pour connaître la répartition des groupes, car les blocs nerveux ont été fournis à ces enfants dans le groupe de contrôle dans le cadre pré-opératoire. Les scores de satisfaction ont été mesurés, et alors que les médecins et les infirmières scores (non présentés à l’examen) étaient susceptibles d’être soumis à un risque élevé de biais, on ne sait pas ce que les parents et participants scores auraient été au même risque, car ils ont peu de chances avoir été expérimenté avec le type alternatif de gestion de la douleur. Néanmoins, nous avons évalué le risque de biais en raison du manque d’aveuglement des participants, du personnel et de l’évaluation des résultats soit élevé.

      données sur les résultats incomplets

      La période d’étude principale était de six heures, et il n’y avait pas d’attrition dans cette période en dehors de l’exclusion d’un participant qui a été pris en théâtre à deux heures. Neuf participants sur 55 ont été perdus à long terme de suivi (un an), mais la distribution était comparable entre les groupes. Nous avons donc évalué le risque de biais en raison de données sur les résultats incomplets à être faible.

      déclaration sélective

      Nous avons essayé de prendre contact avec l’auteur de Wathen 2007 afin d’obtenir le protocole de l’essai et des données supplémentaires. Bien que nous avons reçu aucune réponse, nous avons considéré qu’il y avait un faible risque de communication sélective des résultats.

      D’autres sources potentielles de biais

      Fournisseurs avec des variations dans la formation et l’expérience ont effectué les blocs nerveux. On ne sait pas comment cela aurait pu influer sur l’issue de l’étude, mais plus d’expérience serait généralement conduire à des blocs plus de succès.

      Effets des interventions

      Seule une comparaison a été testé.

      Fascia bloc compartiment iliaque (de FICB) par rapport à la morphine par voie intraveineuse (analgésie systémique)

      Wathen 2007 par rapport FICB avec l’analgésie systémique (morphine) dans 55 enfants atteints de fractures fémorales.

      Les résultats primaires
      Échec de l’analgésie

      Wathen 2007 a présenté des graphiques des scores de douleur individuels au fil du temps pour les enfants à la fois le groupe d’âge de moins de cinq (scores FLACC) et le groupe des plus de cinq ans (FACES scores de douleur). Les données ont été extraites de ces graphiques pour les nombres d’enfants avec des scores de FLACC supérieur à 4 (sur 10) ou FACES scores supérieurs à 3 sur 7 à 30 minutes. Ces données, qui représentent l’échec de l’analgésie, sont présentés dans l’analyse 1.1. Bien que moins d’enfants dans le groupe FICB que dans le groupe de la morphine avaient insuffisance analgésie à 30 minutes, la différence entre les deux groupes n’a pas atteint la signification statistique (2/26 (8%) par rapport à 8/28 (29%); rapport de risque ( RR) 0,33; IC à 95% 0,09 à 1,20; P valeur 0,09).

      A 30 minutes, en utilisant l’échelle CHEOPS de la douleur (plage de valeurs possibles: 3-14; échec de l’analgésie des valeurs supérieures ou égales à 7), le score moyen de la douleur a été signalée comme 5,87 et 7,54 dans les groupes FICB et de morphine, respectivement. Les auteurs ont rapporté que cela représente une différence de 18% en faveur du bloc nerveux (IC à 95% 8% à 27%), qui avait diminué à partir d’un score moyen de la douleur de 9,45 dans les deux groupes à l’inclusion. Cependant, l’échec de l’analgésie n’a pas pu être calculée à partir de ces données.

      La douleur pendant les procédures ou le transfert

      Il n’y avait pas de mesures enregistrées spécifiquement pour l’évaluation des procédures ou des transferts. Cependant, il y avait des données sur la durée de l’analgésie (voir ci-dessous).

      Les effets indésirables

      Wathen 2007 a rapporté moins d’événements indésirables dans le groupe FICB que dans le groupe de la morphine, mais n’a pas fait rapport sur le nombre réel d’enfants connaissant des événements défavorables. Analyse 1.2 présente les données disponibles pour les événements indésirables individuels. Dans le groupe FICB (26 participants), il y avait un cas de dépression respiratoire qui a été considéré comme étant lié à l’utilisation de la morphine avant l’inscription; les seuls autres effets indésirables de ce groupe étaient des rougeurs mineures et la douleur au site d’injection en quatre participants. Dans le groupe de la morphine (29 participants), il y avait deux cas de obnubilation (état mental altéré temporairement), six de dépression respiratoire et quatre des vomissements. Aucune des différences entre les deux groupes pour des événements indésirables individuels, tout typique du type d’analgésie, a atteint la signification statistique (par exemple, la dépression respiratoire: 1/26 contre 6/28; RR 0,19, IC à 95% 0,02 à 1,44; voir Analyse 1.2 ).

      Aucun autre effet indésirable (y compris l’infection, des anomalies sensorielles, blocage moteur) ont été signalés après l’administration de 12 heures à travers des visites de suivi ambulatoire jusqu’à un an plus tard.

      Les résultats secondaires
      Temps de soulagement de la douleur en quelques minutes (basé sur une réduction cliniquement significative du score de douleur (par exemple réduction du score VAS de plus de 13 mm (échelle de 100 mm))

      Les deux groupes FICB et de morphine ont entraîné une réduction cliniquement significative des scores de douleur à l’administration post-cinq minutes. La baisse des scores de douleur a été plus importante dans le groupe FICB à cinq minutes. La différence moyenne globale des scores de douleur à cinq minutes entre FICB et l’analgésie systémique (telles qu’elles sont interprétées à partir des données présentées graphiquement pour FLACC et ajusté FACES scores) était -1,43 (IC à 95% -3,06 à 0,19) (voir Analyse 1.3). Les différences moyennes ne peuvent pas être calculées en utilisant les données disponibles pour CHEOPS.

      Durée du contrôle de la douleur (évaluée jusqu’à huit heures après la présentation à l’établissement de santé)

      Wathen 2007 a révélé que la durée médiane de l’analgésie a été plus longue dans le groupe FICB (313 minutes, 95% CI 154 à 360 minutes) que dans le groupe de la morphine (60 minutes, 95% CI 10 à 255 minutes). Depuis les résultats ont été recueillis jusqu’à 360 minutes seulement, la durée de l’analgésie a été sous-estimée pour le groupe FICB. En utilisant les méthodes fournies dans Hozo 2005 pour calculer la moyenne et l’écart, l’analyse 1.4 montre que l’analgésie a duré en moyenne trois heures de plus avec un bloc nerveux (différence moyenne 186.43 minutes, 95% CI 152,95 à 219,91 minutes).

      Nécessité d’un contrôle supplémentaire de la douleur (analgésie systémique ou injection répétée pour bloc nerveux) avant immobilisation ou jusqu’à huit heures après l’intervention

      Wathen 2007 a présenté un graphique «survie» montrant le pourcentage d’enfants dans chaque groupe qui n’a pas reçu de médicaments supplémentaires (analgésiques, diazépam et midazolam) sur une période de six heures. Cela a montré une diminution beaucoup plus rapide dans le groupe de la morphine (50% nécessitant un traitement supplémentaire dans l’heure) par rapport à moins de 5% dans le groupe BIBC. A six heures, plus de 46% (12/26) des patients dans le groupe FICB avait eu aucun médicament supplémentaire, alors que seulement environ 5% (1 ou 2/28) des patients du groupe de la morphine est allé sans médicament supplémentaire.

      Wathen 2007 a également rapporté le nombre de doses d’analgésiques nécessaires dans les blocs demi-heure de temps de deux heures, et des blocs de temps toutes les heures jusqu’à six heures. Un seul des 26 participants dans le groupe FICB nécessaire analgésie supplémentaire dans les deux premières heures (une dose, aucun dans la première demi-heure) par rapport à 24 doses administrées dans le même laps de temps (neuf dans la première demi-heure) pour 28 les 29 participants dans le groupe de la morphine. Le participant du groupe de morphine exclus de ce décompte avait reçu FICB supplémentaire dans la salle d’opération à ce moment. En six heures, un total de 11 doses d’analgésique avait été donné au groupe FICB et 38 doses au groupe de la morphine; il n’a pas été signalé combien de participants ont reçu ce médicament supplémentaire. En outre, en six heures, deux doses de diazépam et l’un des midazolam ont été fournis aux participants dans le groupe FICB et sept doses de chacun de ces deux médicaments fournis aux participants dans le groupe de la morphine.

      La douleur, l’inconfort et la détresse lors de l’application de l’analgésie (insertion par voie intraveineuse, l’injection intramusculaire, intranasale pulvérisation, injection de bloc nerveux)

      Cela n’a pas été rapporté, bien que la douleur au site d’injection a été rapportée comme un événement indésirable pour FICB jusqu’à quatre patients (voir «résultats négatifs» ci-dessus).

      Participant et la satisfaction des parents

      En Wathen 2007. satisfaction avec l’analgésie fournie a été mesurée sur un 1 à 7 Likert échelle, avec les scores de 6 et 7 représentant un «haut degré de satisfaction. Plus d’enfants et les parents dans le groupe FICB rapporté scores de satisfaction «élevés» que ceux du groupe de la morphine (voir (Analyse 1.5; enfant: 5/13 (39%) par rapport à 3/14 (21%); RR 1,79, IC à 95% 0,53 à 6,06; parent: 17/26 (65%) par rapport à 11/24 (46%); RR 1,43, IC à 95% 0,85 à 2,39). Aucun de ces résultats était statistiquement significative.

      L’utilisation des ressources (temps en situation d’urgence, les coûts associés à l’analgésie)

      Il n’y avait aucun rapport de coûts ou de l’utilisation des ressources.

      Discussion

      Résumé des principaux résultats

      Un seul petit essai de 55 enfants est inclus dans cette revue. Il a trouvé des preuves d’une tendance à bloc compartiment fascia iliaque (FICB) est une stratégie de gestion de la douleur plus efficace que la morphine par voie intraveineuse. Bien que la différence entre les deux groupes dans notre principale mesure de résultat de l’échec de l’analgésie en fonction des seuils pour les deux échelles de douleur (FLACC et FACES) n’a pas atteint la signification statistique, une différence statistiquement significative (18% de mieux) dans le soulagement de la douleur FICB favorisant a été signalé à l’échelle de la douleur CHEOPS. Cependant, les intervalles de confiance à 95% de cette mesure (8% à 27%) se croisent spécifié la taille de l’effet de l’étude de 15%. Par conséquent, nous ne pouvons pas exclure la possibilité d’une différence cliniquement sans importance si la valeur réelle se situe entre 8% et 15%; d’autre part, nous ne pouvons pas exclure une différence plus importante de FICB étant jusqu’à 27% de mieux. Le procès n’a pas un rapport sur les niveaux de douleur pendant les procédures ou les transferts, mais la durée de l’analgésie était significativement plus élevée dans le groupe FICB, avec au moins 46% (12/26) des enfants ayant pas de médicaments supplémentaires (principalement de l’analgésie) pour les six heures de l’étude, alors que seulement 5% (1 ou 2/28) des enfants dans le groupe de la morphine par voie intraveineuse va sans analgésie supplémentaire par rapport à la même période. Le procès n’a pas signalé sur la douleur lors de l’application de l’analgésie. Le procès a fourni des preuves que FICB était sûr, avec quelques rapports de rougeur et douleur au site d’injection, et aucun rapport d’effets indésirables reconnus associés à la morphine par voie intraveineuse, comme la dépression respiratoire et des vomissements. Dans l’ensemble, cependant, les données disponibles sont limitées et de faible qualité.

      exhaustivité globale et l’applicabilité de la preuve

      Il y a un manque d’essais contrôlés randomisés enquêtant sur l’efficacité et l’innocuité des blocs nerveux (anesthésie régionale fémorale (RFA)) par rapport à l’analgésie systémique. Nous avons identifié une seule étude qui répondait à nos critères d’inclusion (Wathen, 2007). L’utilisation des échelles de douleur validées dans la mesure des résultats en Wathen 2007 est approprié pour l’intervention de ce paramètre et de la population. Des rapports plus détaillés des données au niveau du patient (par exemple CHEOPS, les scores de satisfaction, les doses d’analgésie par patient) aurait permis une meilleure interprétation de ces résultats. Le réglage du service d’urgence, ainsi que les fournisseurs de soins variés effectuant les blocs nerveux dans une population typique des patients pédiatriques atteints de fractures du fémur, servent à améliorer l’applicabilité des preuves limitées disponibles.

      La preuve est uniquement disponible pour FICB dans cette revue. Alors que nous avions prévu d’examiner bloc fémoral de nerf (FNB) et FICB ensemble dans cet examen, il y a des différences qui doivent être pris en compte dans leur application. blocs FICB trois nerfs quand efficace et fournit ainsi une zone plus large de l’anesthésie dans les fractures du fémur: à partir de la hanche jusqu’au genou. Le site d’injection est également retiré du faisceau neurovasculaire dans la région inguinale (aine), et donc FICB est théoriquement plus sûr que la FNB. FNB, par comparaison, est un seul bloc de nerf qui couvre la zone du type pédiatrique midshaft fracture du fémur. Les points de repère pour effectuer le bloc sont peut-être plus facile à identifier, à la fois avec et sans guidage échographique, que pour FICB, mais le risque d’injection intravasculaire d’anesthésique est également plus élevé. Il n’y a aucune comparaison directe de la FNB avec FICB pour les fractures du fémur.

      Malgré l’incertitude, renforcée par les conclusions de cet examen, si RFA est supérieure à l’analgésie systémique pour la gestion de la douleur des fractures du fémur chez les enfants dans le contexte d’urgence, il est peu probable que ces résultats vont changer la pratique dans les centres où RFA déjà norme de soins. Cependant, dans les centres où RFA est pas actuellement en cours d’utilisation, cet examen fournit l’occasion d’examiner les pratiques actuelles et d’évaluer si un changement dans les stratégies de gestion de la douleur est justifiée, et si ces centres devraient jouer un rôle actif dans la création de la preuve pour informer tout changement en pratique. Il est nécessaire pour la collecte de données rigoureuse de toutes les données d’événements indésirables dans tous les centres, indépendamment de la pratique standard.

      Il est important de mettre en évidence les implications de formation de toute recommandation généralisée pour la FNB, surtout si guidée par échographie. blocage nerveux régional, tandis que largement pratiqué, est pas une compétence de base dans tous les programmes de médecine d’urgence. Point-of-care échographie est maintenant inclus dans la plupart des programmes de médecine d’urgence; cependant, guidée par échographie blocage nerveux est considéré comme une compétence avancée ou prolongée, ce qui rend sa mise en œuvre généralisée plus difficile, et en suggérant que la formation extra-scolaire spécifique peut être nécessaire.

      Qualité des données

      Les résultats individuels que nous avons examinés étaient tous déclassés d’un niveau afin de refléter le fait que Wathen 2007 a été soumis à un risque élevé de biais en raison du manque d’aveuglement. En outre, les chiffres étaient très faibles. Depuis l’imprécision des résultats abaisse également la qualité de la preuve, nous avons déclassé un niveau de preuve supplémentaire sur cette base, donc dans l’ensemble nous avons jugé la preuve d’être de mauvaise qualité, ce qui signifie que la poursuite de la recherche est très susceptible d’avoir un impact important sur notre confiance dans l’estimation de l’effet et est susceptible de changer l’estimation.

      Les biais potentiels dans le processus d’examen

      Trois des auteurs (CB, KB, JH) de cet examen sont régulièrement impliqués dans la gestion des enfants blessés, et le contrôle de la douleur de considérer comme une priorité très élevée. Nous avons aussi l’expérience avec les deux côtés de la comparaison que nous examinons, ce qui pourrait influencer inconsciemment notre évaluation de l’étude inclus; cependant, nous avons suivi les méthodes visant à réduire les biais dans le processus d’examen. Valeurs seuil pour les scores de douleur ont été choisis avant de terminer l’étude sur la base de rapports de validation dans la littérature (VAS, FLACC, FACES) ou calculées en alignement avec ces valeurs (par exemple CHEOPS). Le score de satisfaction de coupure a été dictée par les données présentées par les auteurs. Bien que les différents seuils auraient modifié les résultats dans une certaine mesure, il est peu probable que la direction des résultats aurait changé.

      Le financement a été prévu à cet examen par un organisme subventionnaire local, qui n’a pas d’intérêt à l’issue de l’examen.

      Accords et désaccords avec d’autres études ou commentaires

      Il existe de nombreuses études randomisées et non randomisées qui enquêtent sur l’utilisation des FNB dans différents scénarios cliniques (par exemple pré-opératoire, post-opératoire, chez les adultes et chez les enfants). Toutes ces études semblent privilégier la FNB sur l’analgésie systémique seul (Chu 2003; Denton 1988; Foss 2007; Grossbard 1979; Johnson, 1994; Levine 2003; McGlone 1987; mutty 2007; Pennington 2012; Reid 2009; Ronchi 1989; Schiferer 2007; Stewart 2007; Tobias 1994; Tondare 1982; Triner 2005). Il est l’utilisation généralisée de la FNB en Australie, Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni dans la population pédiatrique, qui se reflète dans les questions de recherche de ces pays – la façon de faire de la performance de la FNB mieux. Il est intéressant de noter qu’au moins un procès au Canada comparant bloc nerveux à l’analgésie systémique chez les enfants pour la gestion post-opératoire de la douleur fémur fracture a mis fin prématurément à cause du fémur bloc du nerf est devenu la norme de diligence (Mulpuri 2011). D’autre part, le graphique revue de suivi Wathen 2007 n’a pas démontré de différences dans le contrôle de la douleur avec plus de 100 patients dans chaque groupe (Neubrand 2012). Neubrand et al a réalisé une étude rétrospective regardant 158 ​​patients recevant FICB et 119 recevant une analgésie systémique, myorelaxants et IV NSAID. Les scores de douleur ne sont pas statistiquement différents dans ces deux groupes. De nombreux patients qui ont reçu le FICB avaient l’analgésie narcotique avant le bloc, ce qui entraîne des effets indésirables dans les deux groupes qui étaient principalement respiratoires. Il y avait des événements 10% de plus indésirables dans le groupe de l’analgésie systémique, bien que la différence ne soit pas statistiquement significative, probablement en raison de la contamination dans le groupe FICB. Les auteurs ont conclu que FICB est sûr et efficace pour le contrôle de la douleur dans les fractures du fémur (Neubrand 2012).

      Il n’y a pas d’autres commentaires de ce sujet dans la population pédiatrique.

      Conclusions des auteurs

      Implications pour la pratique

      Cet avis propose une preuve faible que le bloc du compartiment fascia iliaque (FICB) est une stratégie de gestion de la douleur utile dans les fractures du fémur chez les enfants. Avec le nombre de participants limités, nous ne pouvons pas tirer des conclusions quant à savoir si elle est nettement meilleure que l’analgésie systémique, mais la tendance semble être dans cette direction, avec un meilleur profil de sécurité. Aucune étude fémorale bloc du nerf (FNB) répondaient aux critères d’inclusion pour notre examen.

      Implications pour la recherche

      Des recherches supplémentaires sous la forme de bien conçu et rapporté essais contrôlés randomisés sont nécessaires pour établir le profil d’efficacité et de sécurité de l’utilisation des FNB / FICB pour la gestion de la douleur aiguë dans les fractures du fémur pédiatrique par rapport à l’analgésie systémique. Pour ces études, l’utilisation des scores de douleur validés avec les évaluateurs en aveugle améliorerait la qualité de la preuve. Malgré l’absence d’effets indésirables rapportés chez les patients qui ont reçu une anesthésie régionale fémorale (RFA) dans l’étude inclus, la taille de l’échantillon était trop petit pour tirer des conclusions définitives en matière de sécurité, qui met également en évidence la nécessité d’autres études dans ce domaine. En particulier, une grande série prospective pour examiner les événements indésirables serait utile.

      Dans un centre où RFA est pas la norme de diligence, une étude de potentiel chez les enfants de tous les âges avec des fractures du fémur présentant au service des urgences pourrait comparer FICB (ou FNB) avec l’analgésie systémique (de la morphine par voie intraveineuse), avec des résultats, y compris: le temps pris pour réduction cliniquement importante de la douleur de se produire, mesurée en utilisant les scores de douleur validées; durée de l’analgésie jusqu’à ce médicament contre la douleur supplémentaire nécessaire; effets indésirables; utilisation des ressources (par exemple le temps de soins infirmiers a passé l’évaluation et l’administration des médicaments contre la douleur, le coût des médicaments, le temps dans le département d’urgence) et le patient ou la satisfaction de la famille. L’utilisation de guidage échographique avec ces techniques doit être étudiée plus avant pour déterminer si elle améliore les résultats.

      Pour les centres où RFA est déjà la norme de soins, une comparaison des FICB par rapport à la FNB (avec ou sans guidage échographique) chez les enfants atteints de fractures du fémur, avec des mesures de résultats similaires à ceux suggérés ci-dessus, serait un bon ajout à la littérature existante.

      Remerciements

      Nous remercions Darlene Chapman et Joanne Elliott pour leur aide dans la conception des stratégies de recherche et pour effectuer les recherches. Nous remercions Jill Hayden, Janet Curran et Amy Plint pour leurs conseils à tous les stades de l’élaboration de protocoles et d’examen.

      Lindsey Elstub, Joanne Elliott, Vrisha Madhuri et Helen Handoll tous ont fourni des conseils constructifs et l’édition à l’étape de protocole pour lequel nous sommes reconnaissants. Merci, aussi, à Tracy Daley pour son aide comme assistant de recherche dans cette revue.

      Nous remercions Xavier Griffin et Martyn Parker pour leurs suggestions judicieuses pour cet examen et Laura MacDonald pour le traitement éditorial. Helen Handoll a fourni des commentaires et de l’édition finale pour laquelle nous la remercions.

      Les données et les analyses

      Comparaison 1. Fascia bloc compartiment iliaque contre la morphine par voie intraveineuse

      Résultat ou sous-titre

      Comparaison 1 Fascia bloc compartiment iliaque contre la morphine par voie intraveineuse, la satisfaction des parents avec une analgésie (très satisfaits) Résultat 5 enfants et.

      annexes

      Annexe 1. Stratégies de recherche

      La Bibliothèque Cochrane (interface Wiley Online Library)

      # 1 MeSH descripteur: [fémorales Fractures] ce terme seulement (176)
      # 2 (fémur * ou fémorale ou la cuisse *) à proximité / 4 fracture *: ti, ab, kw (variations de mots ont été recherchés) (972)
      # 3 # 1 ou # 2 (972)
      # 4 [mh ^ analgésie] ou [mh Analgésiques] (14896)
      # 5 [mh ^"Anesthésie, Local"] Ou [mh ^"Nerve Bloc"] (3650)
      # 6 (anaesthet * ou anesthet * ou une anesthésie ou anesthésie) à proximité / 4 (régional ou local * *): ti, ab, kw (variations de mots ont été recherchés)
      (9841)
      # 7 (nerv * ou iliaque fémorale ou fascia) à proximité / 1 bloc *: ti, ab, kw (variations de mots ont été recherchés) (3053)
      # 8 # 4 ou n ° 5 ou n ° 6 ou n ° 7 (23939)
      # 9MeSH descripteur: [Pediatrics] exploser tous les arbres (454)
      # 10 [mh ^ adolescent] ou [mh enfant] ou [mh infantile] (79466)
      # 11 nouveau-né * ou * ou nouveau-né ou d’un bébé ou les bébés ou le nourrisson * ou d’un enfant * ou adolescent * ou un adolescent * ou adolescen écolier * ou l’âge scolaire ou préscolaire * ou un bambin * ou garçon * ou une fille * ou mineurs ou pubert * ou pubescen * ou prépubère * ou pédiatrique * ou pédiatrique ou de la jeunesse *: ti, ab, kw (variations de mots ont été recherchés) (143176)
      # 12 # 9 ou # 10 ou # 11 (143202)
      # 13 # 3 et # 8 et # 12 (6)
      # 14 # 3 et # 8 50 [essais]

      MEDLINE (Interface Ovid)

      1 fémorales Fractures / (12067)
      2 ((fémur $ ou fémorale ou la cuisse) adj4 fracture $). Tw. (14155)
      3 1 ou 2 (20192)
      4 analgésie / ou Analgésiques exp / (145060)
      5 anesthésie, locale ou Nerve Bloquer / / (25025)
      6 ((un? Esthet $ ou un? Esthesia) adj4 ($ régional ou local $)). Tw. (35874)
      7 ((nerv $ ou iliaque fémorale ou fascia) adj1 bloc $). Tw. (6377)
      8 et / ou 07/04 (194075)
      9 exp Pédiatrie / (40523)
      10 adolescents / ou exp Enfant / ou exp Infant / (2678294)
      11 (nouveau-né $ ou $ ou adolescen $ ou écolier $ ou âge scolaire ou préscolaire $ ou un bambin $ ou garçon $ ou une fille $ ou mineurs ou pubert $ ou pubescen nouveau-né ou d’un bébé ou les bébés ou le nourrisson $ ou enfant $ ou adolescente $ ou un adolescent $ ou $ prépubère ou p? ediatric $ ou jeunes $). tw. (1420906)
      12 et / ou 11/09 (2,961,882)
      13 et / 3,8,12 (39)
      14 randomisée contrôlée trial.pt. (336447)
      15 Controlled trial.pt clinique. (84865)
      16 randomized.ab. (240254)
      17 placebo.ab. (133946)
      18 therapy.fs de drogues. (1566489)
      19 randomly.ab. (172619)
      20 trial.ab. (247214)
      21 groups.ab. (1129665)
      22 et / ou 14 à 21 (2917602)
      23 exp Animaux / non humains / (3744370)
      24 22 non 23 (2478371)
      25 13 et 24 (12)

      EMBASE (interface Ovid)

      1 Fémur Fracture / (14103)
      2 ((fémur $ ou fémorale ou la cuisse) adj4 fractur $). Tw. (17826)
      3 1 ou 2 (24495)
      4 analgésie / ou exp Agent Analgésique / (615.030)
      5 anesthésie locale / ou Nerve Bloquer / (41457)
      6 ((un? Esthet $ ou un? Esthesia) adj4 ($ régional ou local $)). Tw. (47927)
      7 ((nerv $ ou iliaque fémorale ou fascia) adj1 bloc $). Tw. (9108)
      8 4 ou 5 ou 6 ou 7 (670,881)
      9 exp Pédiatrie / (68317)
      10 adolescents / ou exp Enfant / ou exp Infant / (2247949)
      11 (nouveau-né $ ou $ ou adolescen $ ou écolier $ ou âge scolaire ou préscolaire $ ou un bambin $ ou garçon $ ou une fille $ ou mineurs ou pubert $ ou pubescen nouveau-né ou d’un bébé ou les bébés ou le nourrisson $ ou enfant $ ou adolescente $ ou un adolescent $ ou $ prépubère ou p? ediatric $ ou jeunes $). tw. (1746988)
      12 9 ou 10 ou 11 (2885318)
      13 et / 3,8,12 (111)
      14 Randomized Controlled Trial / (334.840)
      15 essais cliniques / (875.392)
      16 essai clinique contrôlé / (393.603)
      17 randomisation / (60305)
      18 Simple aveugle Procédure / (16822)
      19 Double aveugle Procédure / (112519)
      20 Crossover Procédure / (35869)
      21 Placebo / (211086)
      22 Étude prospective / (222.307)
      23 ((clinique contrôlée ou comparative ou un placebo ou $ prospective ou randomi # ed) adj3 (essai ou étude)). Tw. (664413)
      24 (aléatoire $ adj7 (affectat $ ou attribuer $ ou affecter $ ou base $ ou divid $ ou pour $)). Tw. (161857)
      25 (($ singl ou $ doubl ou Trebl $ ou tripl $) adj7 ($ aveugles ou masque $)). Tw. (150070)
      26 (traverser? Plus de $ ou (traverser adj1 plus de $)). Tw. (64138)
      27 ((affectat $ ou Allot $ ou affecter $ ou divid $) adj3 (condition $ ou expérimenter $ ou intervention $ ou un traitement $ ou therap $ ou de contrôle $ ou groupe $)). Tw. (204239)
      28 RCT.tw. (10694)
      29 et / ou 14 à 28 (1751334)
      30 Étude de cas / ou le rapport Résumé / ou Lettre / (872.507)
      31 29 non 30 (1715084)
      32 13 et 31 (8)

      Google Scholar

      ("fémoral bloc nerveux" ET "Essai clinique randomisé" Enfant et “fracture du fémur”) (94)

      ClinicalTrials.gov

      (Fémur OU fémorale ou de la cuisse ou de la jambe) ET (enfant ou un bébé ou un adolescent OU pédiatrique) ET (fracture OU briser) ET (douleur analgésie ou analgésique ou une anesthésie ou une anesthésie ou anesthésiques ou anesthésique OU FNB OU FIB bloc OU) (26)

      OMS ICTRP

      (Fémur OU fémoral) et des essais cliniques chez les enfants (24)

      Contributions des auteurs

      Karen Noir conçu l’examen. Karen Black et Jason Howard a conçu le protocole avec entrée à différents stades des trois autres auteurs. Karen Black and Nancy Murphy revue les titres, les résumés et les articles en texte intégral pour l’inclusion dans l’étude. Karen Black et Jason Howard extrait les données de chaque étude et discuté de l’analyse et les conclusions. Karen Black and Catherine Bevan effectuées le risque d’évaluations de polarisation et classés de la qualité des études.

      Karen Black a obtenu un financement pour l’examen et est le garant. Le financement a été fourni par la Fondation Nova Scotia Health Research (NSHRF) grâce à une subvention de synthèse des connaissances. Le NSHRF avait aucune entrée ou investi intéressé par une partie de cet examen.

      Déclarations d’intérêt

      Karen JL Black: une subvention de recherche a été décerné par la Fondation de recherche en santé en Nouvelle-Écosse pour soutenir un projet de synthèse des connaissances sous la forme d’une revue systématique Cochrane. L’organisme subventionnaire n’a pas été impliqué dans le développement du protocole. La subvention ne prend pas en charge les salaires des chercheurs.
      Catherine A Bevan: aucun connu
      Nancy G Murphy: aucun connu
      Jason J Howard: aucun connu

      Sources de soutien

      Les sources internes

      IWK Health Centre Bibliothèque, Bibliothécaire Darlene Chapman, Canada.

      appui à la stratégie de recherche

      Sources externes

      Health Research Foundation Nouvelle-Écosse, Canada.

      Subvention de recherche: le NSHRF n’a aucun intérêt dans l’issue de cet examen.

      Les différences entre le protocole et l’examen

      valeurs seuils spécifiques pour les scores de douleur ont été spécifiés après le protocole, mais avant d’analyser les résultats de l’étude inclus.

      Nous avons utilisé les méthodes fournies dans Hozo 2005 pour calculer la moyenne et les écarts-types de confiance des données médianes et 95% d’intervalle pour une analyse exploratoire de la durée de l’analgésie.

      Le protocole prévu pour la méta-analyse des études et des analyses statistiques connexes. L’inclusion d’une seule étude a empêché ces derniers.

      Caractéristiques des études

      Caractéristiques des études incluses [commandés par l’étude ID]

      Wathen 2007

      CHEOPS = Enfants’s Hospital of Eastern Ontario échelle de la douleur
      ED = Service d’urgence
      FACES = Faces score de douleur
      FICB = fascia iliaque bloc de compartiment
      FLACC = Visage, Jambes, Activité, Cry et Consolabilité échelle de douleur

      Essai randomisé contrôlé (unblinded), seul centre affilié à l’Université Hôpital Service d’urgence pour les enfants (ED), États-Unis. Dirigé Febuary 2002 à mai 2005

      55 participants (26 intervention et 29 témoins): âgés de 16 mois à 15 ans (âge médian 5,7 ans); 44 (80%) mâle fractures du fémur proximal (aigus: 7 (13%) du milieu: 34 (62%); distal: 14 (25%))

      Critères d’inclusion: enfants âgés de 15 mois à 18 ans présentant à l’urgence avec une fracture du fémur aiguë

      Critères d’exclusion: les enfants en dehors de la tranche d’âge spécifié (lt; 15 mois, gt; 18 ans), avec altération de l’état mental, nerveux ou lésion vasculaire dans le membre affecté, la structure osseuse anormale, l’hypersensibilité aux agents d’étude utilisés, multisystèmes distraire blessures importantes, les préoccupations sociales, y compris des blessures intentionnelles ou les enfants qui avaient déjà reçu la réduction de la fracture

      l’administration précédente de médicaments contre la douleur opioïde était pas un critère d’exclusion: 100% du FICB et 97% des groupes de morphine a reçu l’analgésie narcotique

      Intervention: FICB en utilisant ropivacaïne 0,5% (0,5 à 0,75 ml / kg) (plus grande dose établi pour les enfants lt; 20 kg), avec la dose maximale de 30 ml (150 mg). injection Anatomiquement-guidée

      Contrôle: la morphine par voie intraveineuse (0,1 mg / kg)

      Les scores de douleur à 5, 10, 15, 30 et 60 minutes, puis toutes les heures à 6 heures (en utilisant FLACC (enfants âgés lt; 5 ans), CHEOPS (tous les enfants) et FACES (enfants âgés gt; 5 ans) échelle de la douleur – en fonction de l’âge du participant)

      Durée de l’analgésie (6 heures)

      analgésiques supplémentaires et des médicaments supplémentaires en 6 premières heures

      Les événements indésirables jusqu’à après l’inscription d’un an

      Presque tous les participants ont reçu de pré-étude analgésie, mais comme les scores de douleur de base étaient équivalentes dans les 2 groupes (CHEOPS), toute contamination a été supposé être égal dans tous les groupes. 1 participant dans le groupe de la morphine a été exclu de l’analyse après avoir reçu une BIBC dans la salle d’opération à 2 heures après l’inscription

      Intervention a été réalisée par différents médecins, y compris les médecins d’urgence pédiatrique, les boursiers de surspécialité en médecine et anesthésistes d’urgence pédiatrique. Ceux sans formation préalable dans la technique a reçu un atelier de 1 heure et observé au moins 1 FICB avant d’effectuer la procédure eux-mêmes. Nombre de fournisseurs participant à l’étude non déclarés

      Le financement fourni par l’Institut de recherche Hôpital pour enfants

      Seulment les adultes. Conclusion: la douleur aiguë d’un diaphysaire ou d’une fracture du fémur distal peut être diminué de manière significative grâce à l’utilisation d’un FNB, qui peut être administré en toute sécurité dans le service des urgences de l’hôpital

      Étude rétrospective des dossiers de FICB par rapport à l’analgésie systémique en cas d’urgence pédiatrique. Contrôle de la douleur ne différait pas entre les groupes. Les événements indésirables ont été de 10% plus fréquents dans le groupe de l’analgésie systémique (38/119 contre 34/158)

      Cette étude a examiné l’utilisation de la FNB guidée par échographie par rapport aux blocs de repère guidée. L’étude a suivi un pseudorandomisation par impairs même date / du mois avec le recrutement qui se passe sur une base d’échantillon de convenance après confirmation radiographique de fracture du fémur. Non aveuglante a été tentée. Bupivacaïne 5 mg / ml (0,5%) a été infiltrée à une dose de 0,3 ml / kg (1,5 mg / kg) à un maximum de 20 ml (100 mg). Le degré de blocage nerveux (intact / partiel / complet) a été le principal résultat, évalué à 15 et 60 minutes. analgésie supplémentaire a été offert au besoin. L’étude a pris fin à 60 minutes de bloc de poste. 12 enfants (lt; 18 ans) ont participé à l’étude

      paramètre non-urgence avec les adultes seulement

      Étudié en continu par rapport unique bloc d’injection: cette étude randomisée a comparé une seule injection FNB à une perfusion continue d’anesthésique local par l’intermédiaire d’un cathéter au niveau du nerf fémoral chez 40 enfants atteints de fractures du fémur. La nécessité d’une analgésie supplémentaire dans les 48 heures a été le principal résultat. Le procès n’a pas été aveuglé et n’a pas signalé les scores de douleur. L’auteur, au contact, a indiqué que l’échelle de la douleur a été utilisé pour cette étude, mais n’a pas pu fournir des détails précis. Les blocs ont été réalisés dans l’ED après un diagnostic clinique de fracture du fémur a été faite. L’agent anesthésique utilisé était bupivacaïne 2.5mg / ml (0,25%) avec une dose de 0,5 ml / kg (1,25 mg / kg) pendant 1 minute (de communication personnelle avec procès auteur)

      Etude pilote chez les adultes seulement signalé comme lettre à l’éditeur. Correspondance concernant Levine 2003

    • Grossbard GD. Amour BR. Fémoral bloc nerveux: une méthode simple et sûre de l’analgésie instantanée pour les fractures de la diaphyse fémorale chez les enfants. australien & Nouvelle-Zélande Journal of Surgery 1979; 49 (5): 592-4.
    • Wiley Online Library |
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 11
    Hicks 2001
    Higgins 2011
    • Higgins JPT. S Verts (éditeurs). Manuel Cochrane Systematic Reviews des interventions Version 5.1.0 [Mise à jour Mars 2011]. La Collaboration Cochrane, 2011. Disponible à partir www.cochrane-handbook.org.
    Hinton 1999
    • Hinton RY. Lincoln A. Crockett MM. Sponseller P. Smith G. Fractures de la diaphyse fémorale chez les enfants: Incidence, les mécanismes et les facteurs de risque sociodémographiques. Journal of Bone & Joint Surgery – Volume américain 1999; 81 (4): 500-9.
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 59
    Hozo 2005
    • Hozo SP. Djulbegovic B. Hozo I. Estimation de la moyenne et la variance de la médiane, la portée et la taille d’un échantillon. Méthodologie de la recherche médicale BMC 2005; 5. 13. [DOI: 10.1186 / 1471-2288-5-13]
    • CrossRef |
    • PubMed
    Hyder 1996
    • Hyder N. Kessler S. Jennings AG. De Boer PG. syndrome de compartiment en tibial fracture de la diaphyse manquée à cause d’un blocage nerveux local. Journal of Bone and Joint Surgery – Volume britannique 1996; 78 (3): 499-500.
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 27
    Johnson, 1994
    • Johnson CM. Continuous blocus nerf fémoral pour l’analgésie chez les enfants souffrant de fractures fémorales. Anesthésie & Intensive Care 1994; 22 (3): 281-3.
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 25
    Lefebvre 2011
    • Lefebvre C. Manheimer J. E. Glanville Chapitre 6: Recherche d’études. Dans: Higgins JPT, Vert S (éditeurs). Manuel Cochrane Systematic Reviews des interventions Version 5.1.0 [Mise à jour Mars 2011]. La Collaboration Cochrane, 2011. Disponible à partir www.cochrane-handbook.org.
    Manworren 2003
    • Manworren RCB. Hynan LS. La validation clinique de FLACC: échelle préverbal de la douleur du patient. Pediatric Nursing 2003; 29 (2): 140-6.
    McGlone 1987
    McGrath 1985
    • McGrath PJ. Johnson G. Goodman JT. Schillinger J. Dunn J. Chapman J. CHEOPS: une échelle comportementale pour note la douleur postopératoire chez les enfants. Dans: Editeur (s) Les champs HL. Les progrès de la recherche sur la douleur. Vol. 9. New York. Raven, 1985. 395 – 402.
    • Web de la Science® Times a cité: 292
    Merkel 1997
    • Merkel SI. Voepel-Lewis T. Shayevitz JR. Malviya S. Le FLACC: une échelle comportementale pour marquer la douleur postopératoire chez les jeunes enfants. Pediatric Nursing 1997; 23 (3): 293-7.
    • CAS
    Mulpuri 2011
    • Mulpuri K. L’effet de fémoral bloc nerveux sur les exigences d’opioïdes après la chirurgie pour une fracture du fémur chez les enfants. http://clinicaltrials.gov/show/NCT00175591 (consulté le 18 Octobre 2013). [NCT00175591]
    Olson 2005
    • Olson SA. Glasgow RR. syndrome du compartiment aigu dans l’extrémité inférieure des traumatismes musculo-squelettique. Journal de l’American Academy of Orthopaedic Surgeons 2005; 13 (7): 436-44.
    • PubMed |
    • Web de la Science® Times a cité: 42
    Pena 1999
    Pennington 2012
    • Pennington N. Gadd RJ. Vert N. Loughenbury PR. Une enquête nationale sur les hôpitaux aigus en Angleterre sur leur pratique actuelle dans l’utilisation des blocs nerveux fémoral lorsque attelles fractures fémorales. Blessure 2011; 43 (6): 843-5.
    • CrossRef |
    • Web de la Science® Times a cité: 1
    RevMan 2011 [programme informatique]
    • Le Cochrane Centre nordique, la Collaboration Cochrane. Gestionnaire d’examen (RevMan). Version 5.2. Copenhague: Le Cochrane Centre nordique, La Collaboration Cochrane 2011.
    Rewers 2005
    • Rewers A. H. Hedegaard Lezotte D. Meng K. Batten FK. Emery, K. et al. Les fractures de la petite enfance du fémur, lésions associées, et les facteurs de risque sociodémographiques: une étude basée sur la population. Pediatrics 2005; 115 (5): 543-52.
    • CrossRef |
    • Web de la Science® Times a cité: 13
    Rockwood 2006
    • Beaty JH. Kasser JR (eds). Rockwood et Wilkins Fractures chez les enfants. 6e édition. Crême Philadelphia. Lippincott, Williams and Wilkins, 2006.
    Ronchi 1989
    Schiferer 2007
    • Schiferer A. Gore C. Gorove L. Lang T. Steinlechner B. Zimpfer M. et al. Un essai contrôlé randomisé de nerf fémoral blocus administré précliniquement pour soulager la douleur dans les traumatismes fémoral. Anesthésie & Analgésie 2007; 105 (6): 1852-4.
    • CrossRef |
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 7
    Simpson 2005
    Suraseranivongse 2001
    • Suraseranivongse S. Santawat U. Kraiprasit K. Petcharatana S. Prakkamodom S. Muntraporn N. Cross-validation d’une échelle de douleur composite pour les enfants d’âge préscolaire dans les 24 heures de chirurgie. British Journal of Anaesthesia 2001; 87 (3): 400-5.
    • CrossRef |
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 35
    Tobias 1994
    • Tobias JD. Continu fémorale bloc du nerf pour fournir l’analgésie après fracture du fémur dans une population de réanimation pédiatrique. Anesthésie & Intensive Care 1994; 22 (5): 616-8.
    • PubMed |
    • CAS |
    • Web de la Science® Times a cité: 27
    Tondare 1982

    Les références à d’autres versions publiées de cet examen

    Noir 2012
    • KJL Noir. Murphy NG. Thompson K. Bevan CA. Howard JJ. Les blocs nerveux pour la gestion de la douleur initiale de fractures du fémur chez les enfants. Cochrane Database of Systematic Reviews 2012. Question 1. [DOI: 10.1002 / 14651858.CD009587]
    • CrossRef

    Historique des versions

    Karen JL Noir, Catherine A Bevan, Nancy G Murphy, Jason J Howard

    Article d’abord publié en ligne: 17 décembre 2013 | DOI: 10.1002 / 14651858.CD009587.pub2

    Karen JL Noir, Nancy G Murphy, Kara Thompson, Catherine A Bevan, Jason J Howard

    Article d’abord publié en ligne: 18 Jan 2012 | DOI: 10.1002 / 14651858.CD009587

    contenu connexe

    Littérature Citant

    • Nombre de fois cité. 4
    1. 1 Cochrane réponses cliniques, 2015 Wiley Online Library
    2. 2 T. GRESING. M. RAPP. P. ILLING. Leitlinien Kinder- und Jugendmedizin 2015. S3a.1 CrossRef
    3. 3 Jeffrey D. Swenson. Jennifer J. Davis. Joshua O. Stream. Julia R. Crim. Robert T. Burks. Patrick E. Greis. L’injection locale d’anesthésie profonde à l’iliaque du fascia au niveau du ligament inguinal: le modèle de distribution et les effets sur le nerf obturateur, Journal of Clinical Anesthesia. 2015. 27. 8, 652 CrossRef
    4. 4 Cochrane réponses cliniques, 2014 Wiley Online Library

    RELATED POSTS

    Laisser un commentaire